Histoire des chemins - Chapitre 1 Le précurseur

Un peu d'histoire

Nous parcourons tous et avec ravissement ce réseau de chemins créés et entretenus qui couvrent notre département (et les autres) mais savons-nous quelles furent les péripéties qui conduisirent à cette construction? Certains en ont peut-être connaissance, d'autres pas. Si la naissance de notre Fédération nous a instruits d'une partie de cette histoire, je ne suis pas sûr que beaucoup en connaissent la genèse. Nous allons donc remonter le temps et lever un voile sur cette belle aventure.

Chapitre I: le précurseur

Bien souvent, une grande réalisation naît de la volonté personnelle d'un individu de mettre en œuvre une idée initialement destinée à son propre usage. Qu'il la développe, qu'elle soit reprise et prolongée par d'autres fait également partie des circonvolutions de l'existence. En ce qui nous concerne, ce fut le cas.

 

Nous sommes en 1815. Le soleil d'Austerlitz s'est voilé et l'Aigle à qui on a arraché les serres tourne en rond comme un lion sur une petite île perdue de l'Atlantique sud, assigné à résidence sous la surveillance des britanniques, occupé à dicter ses campagnes pour la postérité. Les soldats de la Grande Armée ont regagné leurs foyers. C'est le cas de Claude-François DENECOURT, sergent grognard de l’armée impériale ayant participé aux batailles d’Austerlitz, Iéna ou Eylau. À son retour, il obtient une place de portier-concierge à la caserne de Versailles. Animé d'un certain sens du commerce, Il entreprend de vendre aux soldats toutes sortes de choses, notamment vins et alcools, ce qui lui permet d'acquérir un capital non négligeable. Républicain affiché, ses idées politiques lui valent d’être licencié. Il s'installe en 1832 à Fontainebleau où il poursuit sa lucrative activité mais sombre dans une dépression qu'il guérira en découvrant la forêt royale. En 1839, un sien neveu propose à tout un chacun des promenades en calèche dans la forêt. Amoureux de cette dernière et soucieux de la faire connaître, Claude-François édite un guide consacré à ces balades mais réalise rapidement que ce mode trop rapide ne permet pas de découvrir les beautés de Fontainebleau. C'est à pied que ces dernières méritent d'être appréhendées. Il va donc se lancer dans une entreprise innovante, à savoir la création de sentiers pédestres, persuadé que l’achèvement de la liaison ferroviaire Paris Fontainebleau va attirer un public avide de calme et de verdure.  

Claude-François Denecourt
Claude-François Denecourt

1842, il se lance dans le tracé de sentiers. Pour que le promeneur ne se perde pas, il met en place un balisage fléché en bleu. Sans trop le savoir, il vient de créer la randonnée pédestre, expression qui ne verra le jour qu'un demi-siècle plus tard. Toujours soucieux d'intéresser ces nouveaux "randonneurs" et grâce à la vente de guides touristiques avant l’heure, il va jusqu'à financer sur ses deniers escaliers, passerelles, fausses grottes ou fausses fontaines. Il élève même une tour équipée de jumelles offrant un exceptionnel panorama sur les environs. Il parsème également les circuits de références alphabétiques qui renvoient à des personnages historiques (politiques, militaires, artistes peintres). Ces "sentiers bleus", qui n'ont jamais cessé d'exister, sont un des critères de classement UNESCO de la forêt de Fontainebleau. Ils viennent, en 2022, de faire l’objet d’une convention avec l’ONF pour officialiser le balisage. À lui seul, Claude-François Denecourt a initié ce que notre Comité perpétue aujourd'hui avec le Département et Tarn Attractivité. Nous pouvons le considérer à juste titre comme notre Père à tous. 

Forêt de Fontainebleau
Forêt de Fontainebleau

En se lançant dans cette aventure, Claude-François soulève également un problème qui s’avérera polémique et récurent : l’usage partagé. Son initiative déclenche l’ire des peintres de Barbizon, membres romantiques d’une «école» du même nom, issue d’un élan pictural né dans les années 1920 et qui prône le travail de paysagiste en plein air, d’après nature. Y figurent Corot, Bruandet, Millet, Courbet, Rousseau et bien d’autres. Ils lui reprochent de dénaturer «leur» forêt en l’aménageant de la sorte et en modifiant les paysages qui leur servent de modèles.

 

Si les peintres considèrent Claude-François comme un iconoclaste, il n’en est pas de même des écrivains. En 1855, un collectif de quarante-deux écrivains lui décerne un hommage où un poème de Théophile Gautier intitulé "Sylvain" lui vaudra désormais ce surnom. Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Musset ou encore Georges Sand seront de ses admirateurs. Décédé en 1875, Claude-François est inhumé au cimetière de Fontainebleau. Sa tombe, «folie» originale, lui vaut d’être autant visité que sa forêt bien-aimée

Tombe de Claude-François Denecourt
Tombe de Claude-François Denecourt

Après sa disparition, c’est le couple Charles et Marie Collinet qui pérennisera son travail de balisage jusqu’à l’aube du XXème siècle. Par son initiative, Claude-François Denecourt a imprimé un mouvement qui va sortir du cadre de la forêt de Fontainebleau et prendre une ampleur qu’il n’aurait pût imaginer, en essaimant à l’international. À sa suite, d’autres vont reprendre le flambeau et porter haut et loin ce que l’on dénomme désormais «la randonnée pédestre». Dans le prochain numéro de Balises81, nous nous pencherons sur ces nouveaux pionniers.

 

Gérard Palis, Président de la Commission Sentiers, Itinéraires et Éditions 

Voici ci-dessous des photos des "Sentiers bleus" prêtées par les Amis de la Forêt de Fontainebleau

Télécharger
Télécharger la biographie de Claude-François Denecourt
Denecourt-Bio-7.doc
Document Microsoft Word 93.0 KB

Infos pratiques

 

Ayez le réflexe SURICATE lorsque vous partez en randonnée !

Préservons notre terrain de jeu !

Je partage mes traces GPS pour la préservation et l’aménagement de mes sites de pratique.

En savoir plus

Nous trouver et nous contacter

FFRandonnée Tarn

Adresse : 10, rue des Grenadiers  81000 ALBI

Tél : 05 63 47 33 70  - 05 63 47 73 06 

Courriel : tarn@ffrandonnee.fr

Se faire plaisir !